28. avril 2015 · Commentaires fermés sur Randonnée du week-end de l’Ascension dans le Massif du Sancy · Catégories: Randonnée

Pour en voir plus cliquer sur la photo

A 22h30 l’équipe s’embarque au complet sur le parking du Mémorial. Après une nuit passée à dormir plus ou moins bien, plutôt moins que plus, dans le car, nous étions garé dès 7h, ce jeudi de l’Ascension, devant le centre d’hébergement Volcana , centre situé à la Bourboule ville d’eau Belle Epoque traversée par la Dordogne naissante à 850 m d’altitude.

Accueilli par la prévenante et dévouée Vinciane, après l’installation, le petit déjeuner et la préparation des sacs, le groupe de 35 randonneurs s’attaque courageusement à la montée à la Banne d’Ordanche à la suite de Serge. Il fait grand beau là-haut à 1512 m mais il est prévu que cela ne dure pas. Descente tranquille jusqu’au col de Guéry et pique-nique devant le splendide panorama que constituent les roches Tuillère et Sanadoire. Les nuages arrivent et le lac de Guéry, que nous longeons ensuite, ne reflète que du gris. Le temps reste malgré tout correct pour effectuer la montée de 250 m jusqu’au Puy Gros, deuxième point de vue de la journée. Le ciel est assez noir sur les photos souvenirs du Massif du Sancy et du Mont Dore. Le tour du Sommet du Puy Gros s’effectue avec un fort et froid vent de face. Plus qu’une descente pour rejoindre les faubourgs de la Bourboule. Descente directe pour les plus rapides. Descente dans des grands lacets pour la majorité du groupe qui n’a pas suivi et effectuera 1,7 km de plus. A défaut d’avoir attendu quelques minutes en haut, les plus rapides attendrons longtemps en bas. Ce sont les aléas de la randonnée. Le principal est que nous soyons tous arrivés juste avant la pluie.

Les prévisions météo pour vendredi ne sont pas bonnes. Le tour des Cascades avec un passage par les crêtes est annulé. On sortira le plan de rechange. Transportés par Stéphane jusqu’à Besse, nous effectuerons là-bas le tour des trois lacs. Départ par le vallon de la Couze Pavin. Le soleil nous fait parfois des petits coucous, d’autres fois il faut sortir la cape ou le parapluie. Grand beau le temps du pique-nique au lac Pavin puis au Puy de Montchal attenant . Après une petite visite au lac de Montcineyre et un passage au lac de Bourdouze, retour sur Besse avec un fort vent de face. Puis visite rapide de Besse pour certains, achats pour d’autres ou tout simplement attente au chaud dans le car. Avec plus de 20 km de randonnée et 500 m de dénivellée, la journée n’a pas été perdue.

Samedi on annonce du beau temps. On maintient le programme. Transfert à la maison de la réserve dans la Vallée de Chaudefour. Le passage en car au col de la Croix Saint-Robert se fait dans le brouillard mais c’est de bonne augure d’après Stéphane. Il a raison. Le spectacle est au rendez-vous au fond de la vallée de Chaudefour, les petits nuages résiduels couvrant et découvrant tour à tour le paysage dont la dent de la Rancune, la crête de Coq et autres clochetons. Montée par la gauche vers les crêtes, passage devant le Puy de la Perdrix puis derrière le Puy Ferrand où nous sommes accueillis par le vent et le brouillard. Nous sommes tout près du Puy de Sancy (1885 m) et nous ne le voyons pas. Du Col de la Cabane à 1790 m, la plupart d’entre nous en ferons l’Ascension en aller et retour mais n’en verrons pas plus. Pique-nique un peu à l’abri à côté du col en espérant que ce nuage veuille bien s’éclipser avant qu’on redescende. C’est ce qu’il fit, alors qu’on y croyait plus, un peu avant qu’on atteigne le Puy des Crebasses. Ce qui nous permit de contempler la vallée de Chaudefour du haut ainsi que d’observer des chamois et une marmotte. Retour au fond de la vallée par le chemin de Liadouze et photo de groupe devant la Dent de la Rancune.

Sur le chemin du retour en car, en passant dans le secteur des cascades du Rossignolet et du Queureuilh, une partie du groupe y est déposée tandis que les autres iront directement au Mont Dore pour quelques courses. Retour tardif au centre pour une douche rapide, un dernier repas et le bouclage des bagages.

Dimanche dès 5h tous nos randonneurs sont dans le car, pas trop réveillés, plus bronzés qu’à l’aller malgré tout et apparemment contents d’être venus. Pour certains prêts à revenir l’an prochain mais qu’en sera-t-il ? Aurons nous suffisamment de participants pour compléter un car ? La main passe au club du Cotentin.

Agnès, pour qui c’est toujours un plaisir d’organiser des séjours pour des groupes aussi sympathiques.